vendredi 20 avril 2018

Légumes de fin de saison pour un concours

Dans les débuts du blog, je participais à pas mal de concours sympathiques où il n'y avait pas grand chose à gagner, sauf le plaisir de participer.

Enfin si, une fois j'ai gagné....c'était en 2009 et c'était le concours de la photo la plus moche.....

Sinon, seuls les plus anciens blogueurs se souviennent peut être du Muffin Monday, ou du KKVKVK.....

Ils existent peut être encore quelque part, mais j'avoue avoir perdu le fil.....

Il y a encore des concours que je vois passer et auxquels je me dis que je participerai....et puis le temps passe je ne sais pas trop comment et la date limite est largement dépassée quand je m'en souviens.

Cette fois pourtant, je crois être encore dans les temps....


Le thème en est: les tartes salées ou sucrées. Comme j'en fais quasiment toutes les semaines, surtout salées, ça ne devait pas me poser de problème!

Celle ci est aux endives. C'est un peu la fin de leur saison mais en attendant les vrais légumes d'été c'est une bonne solution si je veux cuisiner local.

La pâte est locale aussi, celle de la flamiche, une pâte briochée vite faite qui va avec tout....

Le fromage qui garnit le tout est du St Agur.....pourquoi?....parce que j'en avais dans le frigo....il ne faut pas toujours chercher des explications compliquées au pourquoi du comment....ceci pour dire que si vous avez un autre fromage sous la main, n'hésitez pas!

La recette:

  • 150g de farine
  • 1 oeuf
  • 1/2 sachet de levure sèche de boulanger
  • 15cl de lait
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de sucre
  • 40g d'huile d'olive
  • 1kg d'endives
  • une c à s de vergeoise
  • 1 à 2 c à s de vinaigre de cidre
  • sel, poivre
  • huile d'olive et une noisette de beurre (clarifié si vous avez)
  • 150g de St Agur
Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre et le sel.

Faire un puits et y ajouter l'oeuf et le lait, mélanger puis ajouter l'huile. Mélanger jusqu'à obtenir une pâte homogène. Elle est très souple mais c'est normal.

La verser dans un plat à tarte beurrée et farinée. Couvrir et laisser lever au moins une heure.

Nettoyer les endives, les couper dans la longueur et les faire revenir dans une poêle, à feu assez vif, avec de l'huile et du beurre.

Saupoudrer de vergeoise et d'une c à s de vinaigre, saler et cuire encore, à feu plus doux. Les endives doivent compoter. On peut rajouter du vinaigre en cours de cuisson si elles vous semblent trop fades. 
Poivrer.

Répartir les endives sur la pâte, puis le fromage coupé en morceaux et cuire au four à 190°-200° pendant 25 à 30 minutes.


Mais je m'aperçois que je ne vous ai pas mentionné le concours!



Allez voir!.....au cas où je ne me suis pas encore trompée sur la date, vous pourrez participer ou trouver des idées.

vendredi 13 avril 2018

Mon gâteau de Pâques, même si Pâques est passé.....

Oui, je suis en retard....ou en avance pour l'année prochaine. Je vais vous proposer la recette du gâteau que j'ai fait pour Pâques.

Mais tout est une question de décoration.....


Là, il n'y a pas de question à se poser....même si les oeufs et les cloches ont été déposés un peu à la va-vite (j'étais très en retard dans mon planning...) on voit tout de suite de quelle fête il est question....

Mais imaginez la même chose avec un père Noël.....ou des bougies.....et le même gâteau sera tout à fait d'actualité!

Puisque je parle de décoration, autant avouer tout de suite qu'elle n'est pas du tout celle que je prévoyais. Je pensais plutôt à des nids artistiquement façonnés à la poche à douille et garnis de petits oeufs en chocolat....vous voyez?.....mais un conseil: réfléchissez bien à quelle douille vous allez utiliser.

J'avais mis une jolie douille cannelée, qui ferait certainement de très jolis tourbillons de crème, avant de remplir ma poche.

Mais vous verrez dans la recette que la crème contient des noisettes.....et qu'une douille, ça se bouche très facilement....alors après pas mal de temps passé à essayer quand même, j'ai fini par couper le bout de la poche, mis des gros boudins de crème sur le gâteau et étalé ceux ci avec une spatule avant de jeter les décorations au chocolat bien vite car mes invités sonnaient déjà....

La recette: La majorité se fait la veille, la déco le jour même.

  • 4 oeufs
  • 90g de farine T65 ou 55
  • 30g de cacao non sucré
  • 120g de sucre roux blond
  • 1/2 c à c de levure chimique
  • 400g de purée de poires non sucrée (petits pots trouvés en Biocoop)
  • 20cl de crème liquide entière
  • 1 grosse c à s de mascarpone
  • 30g de sucre glace
  • 3 feuilles de gélatine
  • 4 poires pas trop mûres
  • un peu de beurre
  • un peu de sucre en poudre
  • 20cl de crème liquide
  • 1 c à s de mascarpone
  • 3 c à s de brésilienne. (je vous expliquerai ensuite si vous ne connaissez pas)
Dans le bol d'un robot, casser les oeufs et commencer à battre avec le fouet. Ajouter le sucre en 3 fois, en battant toujours puis battre encore au moins 10 minutes, pour avoir une mousse qui fait le ruban quand on relève le fouet.

Tamiser le cacao, la farine et la levure et les ajouter un peu à la fois en mélangeant avec précaution pour conserver le plus de volume possible.

Verser dans un moule, beurré si nécessaire, de 20 à 22 cm de diamètre et cuire 25 à 30 minutes au four à 170° (chaleur tournante). Les bords doivent se détacher un peu, la surface rester souple et une brochette ressortir sèche.

Laisser refroidir un peu puis démouler sur une grille. On peut le préparer à l'avance et le garder bien emballé dans un film pendant 1 jours ou 2....ou 3 je pense.

Eplucher les poires et les couper en petits morceaux. Les mettre dans une poêle avec un peu de beurre, saupoudrer de sucre et laisser dorer en remuant de temps en temps. Réserver.

Mélanger la crème et le mascarpone dans le bol du robot. Commencer à fouetter doucement, ajouter le sucre et battre plus vite jusqu'à monter en chantilly. Réserver au froid.

Laisser la gélatine tremper une dizaine de minutes dans de l'eau froide.

Chauffer un peu de purée de poire et y dissoudre la gélatine bien essorée. Ajouter progressivement le reste de purée, puis la crème, en mélangeant précautionneusement.

Couper le gâteau en 2 dans le sens de l'épaisseur.

Mettre la partie inférieure dans un cercle à pâtisserie garni d'un rhodoïd. 

Répartir les morceaux de poire puis la purée à la crème. Saupoudrer d'un peu de brésilienne puis poser l'autre moitié du gâteau.

Garder au froid jusqu'au lendemain.

Décercler alors le gâteau sur un plat.

Faire une chantilly mascarpone comme la veille et y ajouter 2 à 3 c à s de brésilienne. Mélanger avec précaution et verser dans une poche munie d'une douille.

Décorer à votre idée



Maintenant, qu'est ce que la brésilienne?

Ce sont des noisettes torréfiées et caramélisées, broyées. J'achète ça en Belgique, en grande surface mais je présume que ça peut se fabriquer à la maison.

J'en avais déjà parlé sur le blog il y a longtemps, au début de celui ci.....car j'avais essayé de reproduire le flan brésilien qu'on trouve en Belgique....je dis bien essayé......

Somme toutes, ce gâteau n'est pas très sucré....et si vous zappez la grosse couche de crème du dessus, on peut dire qu'il est sage......alors n'hésitez pas, il terminera très bien un repas de fête...quelle qu'elle soit.

lundi 9 avril 2018

Et les restes de restes?.....

Dans le dernier article, il s'agissait en partie d'utiliser un reste de gigot.

Mais comme j'ai toujours la main un peu lourde sur les quantités il en est resté.....et il fallait quand même penser à améliorer un peu l'ordinaire en ajoutant un petit quelque chose....enfin, même 2....


Vous avez donc ici, en complément du plat de la semaine dernière, quelques tomates rôties au four et un bol de labneh à la menthe...

Le labneh, j'en avais déjà présenté ici, mais pour vous faciliter les choses je vous note à nouveau la recette:

Labneh en version salée:

  • 2 yaourts (si possible au lait entier)
  • quelques feuilles de menthe
  • sel, poivre
  • huile d'olive
Préparer une passoire fine recouverte d'une compresse....poser sur un bol et y verser les yaourts.

Garder environ 24 heures au froid, en retirant si nécessaire le petit lait qui s'écoule dans le bol pour éviter que le yaourt baigne dedans.

Reprendre la compresse garnie du labneh et le mettre dans un bol. Ajouter un peu de sel et de poivre ainsi que des feuilles de menthe ciselées.

Verser un filet d'huile d'olive sur le dessus et garder au froid en attendant de le servir.



Pour vous rappeler un peu ce que j'avais déjà fait: vous avez ici la version sucrée avec un filet de miel et des pistaches grillées....pas mal non plus, non?

Quant aux tomates, vous aurez ici plusieurs méthodes que j'utilise selon mon humeur et le temps dont je dispose.
Cette fois, je m'y suis prise un peu tard et il n'était pas question de nous faire déjeuner à 15 heures en attendant que le four fasse son boulot à basse température....

Alors j'ai juste mis dans un plat les tomates cocktail, ajouté un peu de sel, thym et romarin puis arrosé le tout d'un peu d'huile d'olive. Un petit mélange de tout ça avec les mains pendant que le four chauffe et c'est parti pour 10 minutes à 200° puis 20 minutes à 150°.

Bon, vous surveillez un peu quand même, hein?....

Voilà, il n'y a plus qu'à réchauffer le reste de riz, lentilles et agneau et le repas est prêt......

jeudi 5 avril 2018

Je risque de fâcher des gens mais.....

C'est en lisant un des récents articles de Papille et pupilles que j'ai trouvé mon titre.

Elle parle, entre autres sujets intéressants, des gens qui se croient investis d'une mission: celle de faire passer sur les réseaux sociaux leur opinion pour une vérité et vont jusqu'à insulter ceux qui ne pensent pas comme eux.

Je risque donc dans cet article de me mettre à dos certains d'entre eux s'ils arrivent par ici.

Allez, je vais tout avouer tout de suite, ça nous fera gagner du temps:

J'ai transformé une recette végétarienne en recette carnée!.....

Enfin, j'y ai ajouté un reste de viande....ouf! je vais être peut être pardonnée par les zérodéchets..... 



Et en plus, j'ai adapté une recette traditionnelle, et, circonstance aggravante, j'ai pris la recette chez une autre blogueuse.....

Non, pour le dernier point, je vais être pardonnée tout de suite car je vais vous dire où je me suis inspirée: chez Petite cuiller et Charentaises.

C'est au départ un Mujjadara, ou riz aux lentilles, d'origine syrienne ou libanaise.

Comme j'avais vu grand dans l'achat du gigot de Pâques, il fallait que j'en utilise les restes (j'ai aussi tendance à être moi même zérodéchet....) et comme j'ai un joli pot de menthe toute fraîche, il m'a semblé pouvoir s'associer avec tout ça....

La recette:

  • 150g de lentilles vertes
  • 150g de riz semi complet
  • 3 gros oignons
  • huile d'olive
  • sel, poivre
  • 1/2 c à c de: cannelle, coriandre et curcuma (ou même un peu plus...)
  • Un beau morceau d'agneau cuit
  • 3 gousses d'ail
  • 1 oignon
  • Quelques feuilles de menthe
Emincer les oignons.

En faire revenir 3 dans une poêle avec de l'huile d'olive, à feu vif, jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés et tendres.

Faire cuire les lentilles dans 3 fois leur volume d'eau non salée, pendant 20 minutes. Ajouter alors le riz et cuire encore 10 minutes. Il ne doit rester que peu d'eau, l'égoutter.

Pendant ce temps, hacher la viande avec le dernier oignon et l'ail, sel et poivre. Faire des boulettes et les faire dorer dans une poêle avec de l'huile d'olive. Réserver.

Dans la 1ère poêle, laisser la moitié des oignons, ajouter les épices, chauffer quelques minutes à feu vif puis ajouter le mélange riz et lentilles. Cuire quelques minutes en remuant.

Ajouter la viande, en cassant un peu les boulettes, le reste des oignons et ciseler les feuilles de menthe avant de servir.



Parfumé à souhait!

On peut le servir avec du labneh: vous trouverez la recette sur le blog en version sucrée. Il n'y a qu'à l'adapter.....je crois que j'en referai pour servir le reste du plat demain....eh oui, les restes de restes ça ne me fait pas peur!

Voilà, une version carnée donc, mais qui doit être tout à fait délicieuse en version végétarienne.....je ne suis pas sectaire.....