mardi 12 décembre 2017

Une idée de l'année dernière, et d'autres pour ces jours ci à Lille...

Dans 2 semaines, Noël sera déjà passé.....et je ne sais toujours pas vraiment ce qu'on aura au menu, ni pour combien de convives....il faudrait quand même que je me remue un peu!

Mais on trouvera bien....

Si vous êtes un peu comme moi, je vous (re) propose une idée de plat qui ne demande pas vraiment de travail, qui n'est pas couteux du tout et qui peut prendre une allure festive:



J'avais présenté cette recette l'année dernière, pour un concours, à l'occasion de l'extension des heures d'ouverture des halles de Wazemmes.

Je n'avais pas choisi l'élément de base, un jarret de porc, et devais en faire un plat festif.

Jarret de porc confit à l'orange et aux carottes:

Pour 4 personnes:


  • Un beau jarret de porc
  • 200ml de jus d’orange fraîchement pressé
  • 2 dosettes de chicorée liquide, soit 14ml (ou une c à s pas vraiment pleine)
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 1 c à s de sauce pimentée douce
  • 1 grosse c à s de marmelade d’orange
  • 1 beau morceau de gingembre frais
  • 1 bouquet garni 
  • 1 oignon
  • 2 clous de girofle
  • 1kg de carottes
  • un peu d’huile d’olive
  • sel, poivre



La veille, mettre le jarret dans une marmite, couvrir d’eau, ajouter le bouquet garni, l’oignon épluché piqué des 2 clous de girofle, une carotte épluchée coupée en rondelles, sel et poivre.

Porter à ébullition puis laisser frémir environ 1h30. Ecumer en cours de cuisson. Laisser refroidir la viande dans le bouillon jusqu'au lendemain.

Le lendemain, sortir le jarret, retirer sa couenne mais laisser une petite couche de graisse.

Conserver le bouillon pour le moment.

Dans un pichet, mélanger le jus d’orange, la chicorée, la c à s d’huile, la sauce pimentée, la marmelade d’orange et le gingembre pelé et haché.

Mettre le jarret dans un plat allant au four et le badigeonner sur toutes les faces avec une partie de ce mélange. Verser un peu de bouillon dans le fond du plat.

Cuire au four chauffé à 170°, voire 160° si ça se colore trop vite, pendant encore 1h30 en arrosant régulièrement avec de la marinade à l’orange et en retournant la viande 2 ou 3 fois. Remettre un peu de bouillon dans le fond du plat de temps en temps.

Éplucher les carottes et les couper dans le sens de la longueur, pour avoir des morceaux à peu près de la même épaisseur. 

Mettre un peu d’huile dans une sauteuse et y faire revenir les carottes pendant quelques minutes en remuant. Ajouter un petit fond de bouillon et amener à ébullition. Couvrir d’un papier sulfurisé et laisser frémir environ 20 minutes. Quand les carottes sont cuites, les sortir et les égoutter.

En fin de cuisson de la viande, sortir le plat du four et disposer les carottes cuites tout autour. Remettre au four le temps de réchauffer celles ci.

On peut aussi sortir la viande et les carottes du four bien avant le début du repas, couvrir le tout d’un papier aluminium puis remettre le tout à réchauffer quelques minutes avant de servir.



Il n'y a pas que le chapon et la dinde après tout!

Les halles de Wazemmes ont malheureusement du fermer quelques mois pour travaux, mais elles sont ouvertes à nouveau, et on peut retourner y trouver plein de bonnes choses.

Et si vous faites vos courses demain, jeudi ou vendredi entre 18 et 19 heures, ce sera en musique. Cliquez ici pour avoir plus d'informations.

D'autres idées gourmandes ou de cadeaux pour les jours à venir?

Charlotte de Chicon pressé organise samedi à partir de 15h un shop éphémère dans son joli restaurant, avec d'autres créatrices.

Quant à Ingrid Patissière, elle sera là:



Vous pourrez y déguster ses pâtisseries avec un bon thé bien chaud et les enfants pourront y participer à un atelier. Pour plus de détails, c'est ici.

Si vous voulez essayer de gagner, non pas la cerise sur le gâteau mais le gâteau lui même pour le réveillon du 24, allez donc voir la page Facebook de Dunya Halawa, Soria vous laisse jouer jusqu'au 23 décembre.

Enfin, si vos enfants sont déjà fans de pâtisserie ou si vous voulez leur en donner l'envie, allez donc voir chez Toque et Popotte si il y a encore de la place dans ses ateliers pendant les prochaines vacances.

Voilà, j'ai fait ce que j'ai pu pour vous aider....je vais essayer de m'aider moi même maintenant....

mercredi 6 décembre 2017

Saint Nicolas...

Quand j'étais petite, le jour le plus attendu chez nous n'était pas Noël mais St Nicolas.....

En Belgique, dans le Nord, et aussi dans l'est je crois, c'est la fête des enfants, et à mon époque (si, si.....je peux jouer les anciennes...) c'est à ce moment qu'on recevait les cadeaux dans la cheminée. La veille, on avait laissé une carotte pour l'âne de St Nicolas et on avait passé la nuit en espérant que le Père Fouettard n'aurait pas remplacé les jouets par un morceau de charbon.
  
A Noël, c'était la messe de minuit suivie d'un chocolat chaud et une orange le lendemain matin....le tout suivi le midi d'un bon repas terminé par le pudding flambé, comme en Angleterre. Après tout à Dunkerque, on n'était pas loin de l'Angleterre.

Et à St Nicolas, comme à la St Martin, on mangeait des follards...(volaeren en flamand) , des coquilles quoi....


Comme cette année je suis un peu flemmarde, je n'en ai pas fabriqué.....et la photo date de 2012....

Vous aurez quand même la recette, copiée-collée de celle de l'époque...

La recette:

. 200 ml de lait 
. 1 cc de sel 
. 1 cs de sucre 
. 1 œuf entier 
. 50 gr de beurre mou 
. 400 gr de farine 
. 100 gr de sucre perlé 
. 3 cc de levure       6g de levure de boulangerie sèche

Tiédir le lait. Mettre la farine et le sucre dans le bol du robot. Faire une fontaine et mettre la levure au milieu, et le sel dans un petit trou fait sur le côté de la farine.

Verser le lait au centre et commencer à mélanger avec la feuille. Quand le mélange commence à se faire, ajouter l’œuf, mélanger et remplacer la feuille par le crochet à pétrir. Pétrir jusqu’à obtenir une pâte souple, puis ajouter le beurre mou et pétrir une dizaine de minutes.

Ramasser la pâte en boule et la laisser lever dans un saladier recouvert d’un torchon, environ une heure à température ambiante.

Reprendre la pâte, la dégazer et l’étaler avec les mains. Mettre un peu de sucre perlé, la replier, l’étaler à nouveau, la replier (comme pour une pâte feuilletée…)….etc…jusqu’à utilisation de presque tout le sucre. Faire 3 morceaux, un gros et 2 petits et façonner comme sur la photo. Laisser lever à nouveau 30 à 50 minutes, au chaud cette fois. Je me suis servie du truc de la Tante Dédée de Bergamote…sur une casserole d’eau chaude.

Badigeonner la surface de lait, à l’aide d’un pinceau et répartir le sucre perlé restant.


Cuire environ 30 minutes à 180°.

Observateurs comme vous êtes, vous remarquerez que c'est à peu près la même recette que celle du cramique de l'anniversaire du blog. Et comme j'ai quand même boulangé pas mal depuis 2012, j'ai un peu modifié la recette en diminuant la quantité de levure. En revoyant une photo de l'époque, je me rends compte qu'elle avait pris des proportions un peu énormes.....

En tous cas, joyeuse St Nicolas à tous les enfants....et anciens enfants!

dimanche 3 décembre 2017

Bulletin météo et retour en arrière...

Depuis 3 jours, nos cousins canadiens et nos presque voisins scandinaves doivent bien rigoler si la magie des satellites leur fait voir nos bulletins d'information....

Il a neigé un 1er décembre!.....

Les pauvres envoyés spéciaux des chaines ont du se creuser la tête pour nous montrer Mme Michu qui arriverait en retard au bureau, Mr Duchmoll qui balayait devant sa porte et le petit Alfred qui était tout content de rater l'école car les cours étaient supprimés....

Mais bon, c'est quand même plus distrayant que de suivre les aventures de ceux qui jouent à "qui lâchera sa grosse bombe le premier" ....

La recette du jour sera hors saison, inspirée par d'autres, réalisées dans le passé....



Non, ce n'est pas une pizza....c'est une interprétation de la flamiche!

La pâte est celle que j'avais testée la 1ère fois en 2013, selon une recette d'une vidéo de 750g.com et les tomates viennent de mon congélateur.

Si, si, j'ai profité en fin de saison des tomates locales pour les passer au four, comme en 2011, mais au lieu de les conserver en bocal, j'ai testé le congélateur. Et ça marche....il ne faut pas les dégeler vraiment d'avance, sous peine d'avoir un truc assez juteux, mais juste assez pour pouvoir les étaler sur le fond de tarte juste avant de passer au four. A défaut, vous prenez des tomates en bocal ou même en boite, ne soyons pas sectaire.

Tarte au fromage et tomates confites:


  • 150g de farine
  • 3g de levure de boulangerie sèche
  • 1 oeuf
  • 15cl de lait
  • 1 c à c de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel
  • 40g de beurre fondu ou 30g d'huile d'olive
  • 1 sachet, 1 bocal ou une boite de tomates rôties ou confites mais non sèches
  • 200g de fromage de type Halloumi (fromage à griller) ou autre 
  • un peu de poivre, herbes diverses
Dans un saladier, mélanger la farine, le sel et le sucre.

Dans le lait à peine tiède, mélanger la levure et laisser poser un peu.

Casser l'oeuf et le battre rapidement dans un petit bol.

Verser le lait et le sucre dans le saladier et mélanger avec un fouet. Ajouter le beurre fondu ou l'huile, mélanger à nouveau.

Beurrer ou huiler et fariner légèrement un moule à tarte aux bords un peu haut, ou un moule à manquer et y verser la pâte. Elle est très molle c'est normal.

Couvrir et laisser dans un endroit tiède.

Sur la pâte un peu gonflée, répartir les tomates et les morceaux de fromage. Assaisonner à votre goût. Selon que les tomates aient été ou non assaisonnées en cuisant, ce sera plus ou moins nécéssaire. 

Mettre au four froid, l'allumer à 180° en chaleur tournante et compter environ 30 minutes quand le four a atteint sa température. Surveiller.... 



Et voilà, vous vous reprenez un petit coup d'été, même quand il neige dehors .....et ça ne vous a pas pris des heures

samedi 25 novembre 2017

Pu......rée!....Dix ans!

J'ai rallumé l'ordinateur malgré une vision encore chancelante car aujourd'hui est un grand jour pour ce blog: il fête ses 10 ans!....

Eh oui, déjà 10 ans que je partage ici mes petites histoires, mes petites recettes et la vie de ma cuisine. Je me présentais alors comme une ménagère de plus de 50 ans.....vous devinerez facilement que le total a encore augmenté....

Je ne savais pas en commençant le temps que ça durerait, on verrait bien! Bon, pour le moment, je ne vois que d'un oeil mais on continue...

Le 25 novembre 2007, c'est avec cette photo que j'ouvrais cet endroit:


Vous pouvez remarquer que mon arrière plan n'a pas vraiment changé....par contre je crois que j'avais immortalisé ces brioches avec un téléphone.....pas vraiment performant. 

Depuis, il y a eu 1319 recettes, plus ou moins réussies, mais il y a eu surtout du plaisir à les partager. 

Il y a eu aussi plein de rencontres, certaines restées tout à fait virtuelles mais d'autres tout à fait réelles, et c'est aussi ça qui m'a fait continuer.

J'ai changé un peu ma façon de cuisiner, j'ai eu des réussites et des ratages, on ne consomme sans doute plus de la même façon à la maison....bref, 10 ans ont passé!

Comme j'ai voulu "boucler la boucle" je vous propose une autre brioche, enfin plutôt un cramique.


Cette fois, ce ne sont pas des grains de sucre mais des pépites de sucre d'érable qui le garnissent. C'est une idée que j'ai prise sur le compte Instagram de Darya

Parce que je m'inspire toujours de quelqu'un.....je n'invente pas grand chose, disons que je réinterpréte....

Cramique aux pépites de sucre d'érable:


  • 450g de farine T45
  • 20cl de lait tiède plus un peu.
  • 50g de beurre mou
  • 1 oeuf
  • 4 c à s rases de sucre en poudre
  • 1 c à c de sel fin
  • 6g de levure sèche de boulangerie
  • 100g de pépites de sucre d'érable
Dans le bol du robot, mélanger la farine, le sel et le sucre. Au centre, ajouter la levure, le lait et l'oeuf légèrement battu.

Mélanger au crochet, jusqu'à obtenir une pâte homogène.

Ajouter le beurre par petits morceaux, en attendant à chaque fois qu'il soit incorporé, puis pétrir au moins 10 minutes jusqu'avoir la pâte bien élastique.

La ramener en boule, couvrir le bol d'un torchon et laisser lever jusqu'à doubler de volume.

Rabattre la pâte et la mettre au froid. Une nuit si on veut la préparer le lendemain, au moins 30 minutes sinon, pour la travailler plus facilement.

Sur un plan de travail légèrement fariné, étaler en un rectangle. Saupoudrer d'une partie des pépites puis plier en 3. Etaler à nouveau en rectangle et mettre le reste des pépites, en en gardant un peu pour la surface. Plier à nouveau en 3 puis faire un boudin de pâte et le mettre dans un moule à cake.

Couvrir d'un torchon et laisser gonfler 30 à 45 minutes. 

Badigeonner de lait au pinceau puis saupoudrer du reste de pépites.

Cuire environ 30 minutes au four préchauffé à 180°, chaleur tournante.


Le côté sympathique de cette recette c'est que si les pépites du dessus croquent, celles de l'intérieur fondent....et c'est bon!


Je vous laisse déguster des yeux, en attendant de le faire "en vrai" et j'espère vous retrouver encore longtemps ici!

mercredi 15 novembre 2017

Par suite d’une interruption temporaire de l’image....

Pas de panne technique......juste un petit problème qui m’empeche momentanément de goûter du plaisir de voir correctement des 2 yeux....
Oh, j’ai la chance d’etre un cas! Celui qui n’arrive normalement qu’une fois sur quelques dizaines de milliers, c’est moi! 
Dans quelques jours j’espère pouvoir noter une recette nouvelle, mais je dois me limiter à la tablette pour le moment, et vais juste rappeler à votre bon souvenir une publication d’un 15 novembre. 


À base de betterave comme vous voyez.....
Pour la recette, il faudra cliquer ici
Et vous verrez, de vos 2 yeux vous, bande de veinards, la recette pour ça:


Une tarte aux betteraves, poires et St Agur...
À bientôt !

mercredi 8 novembre 2017

Un dessert, ça s'adapte à la saison....

Le dessert que je fais toute l'année avec des variantes saisonnières, c'est le crumble.

Cet été, j'en avais préparé un aux abricots, mais à part en boite, c'est un peu compliqué à trouver maintenant. Le dernier était aux poires. Et je n'ai vraiment pas eu à me fatiguer beaucoup car j'ai utilisé le reste de pâte du précédent, conservé au congélateur.


Celui ci, contrairement à son ainé du mois d'août, n'a pas mis en péril la propreté de mon four, il était nettement moins copieux....

Par contre, comme on avance en saison froide et qu'on a besoin de plus de réconfort, un ajout de chocolat m'a semblé de rigueur.

Dans la recette, je vous indique les proportions de départ pour la pâte, mais pour un seul crumble, la moitié suffira. Vous mettez le reste dans un sac ou une boite de congélation et le jour où vous aurez une envie irrésistible d'en manger, il suffira de l'émietter encore tout gelé sur les fruits.

Crumble aux poires, cannelle et chocolat:

  • 150g de farine
  • 150g de sucre en poudre 
  • 150g de poudre d'amandes
  • 150g de beurre
  • 3 poires
  • 2 c à s de sucre roux
  • 1 c à c de poudre de cannelle
  • 100g de chocolat (au lait ici car j'en avais d'entamé....vous mettez ce que vous avez)
Mélanger la farine, la poudre d'amandes, le sucre dans un saladier et ajouter le beurre coupé en morceaux. 

Du bout des doigts, incorporez le beurre jusqu'à obtenir une consistance de gros sable, avec encore quelques morceaux de beurre.
Garder au froid le temps de préparer le reste. Congelez en éventuellement une partie.

Eplucher les poires, les couper en lamelles assez épaisses et les mettre dans un plat légèrement graissé. Saupoudrer de sucre roux et de cannelle.

Avec un couteau, couper grossièrement le chocolat.



Incorporer rapidement le chocolat à la pâte de crumble et répartir sur les fruits.

Cuire au four préchauffé à 180° (chaleur tournante) environ 30 minutes.

Laisser un peu refroidir avant de déguster.



Il faisait du soleil ce jour là. Aujourd'hui, c'est tout gris et le thermomètre a fait une belle chute, je regrette de n'avoir plus de pâte au congélateur.....

C'est quelque chose qui peut s'arranger assez vite....et ne me dites pas qu'on ne trouve plus de beurre: par les circuits courts, pas de pénurie et un bon beurre local vous fera un crumble parfait.

Je vais proposer cette recette à Gut, pour Cuisinons de saison. Vous trouverez là bas plein d'idées pour accommoder les fruits et légumes du mois de novembre.


samedi 4 novembre 2017

Tant qu'on a la santé ma bonne dame!

C'est vrai ça, c'est mieux d'être jeune et en bonne santé que vieux et malade.....

Quand on prend de l'âge, on peut avoir plus d'inquiétudes si on lit les statistiques de santé, mais on peut essayer d'être le moins concerné possible, tout en restant en forme et en se faisant plaisir....et vous savez quoi, jeunes qui me lisez?

Même à votre âge ça ne peut pas vous faire de mal....

Pour ma part, j'essaye de bouger un peu plus et de manger un peu mieux...mais rassurez vous, ça reste très soft!

Ce n'est pas la première fois que je cite ici les Saines Gourmandises de Marie Chioca et quand elle publie un livre, je résiste quelques temps mais finis par céder et à l'acheter....surtout quand il s'appelle La cuisine bio au quotidien

Soyons honnête: il y a dedans certaines recettes que je ne suis pas certaine de faire accepter d'emblée à toute la famille. Je pense à une "tourte crumble" aux pommes testée récemment et dont le côté très peu sucré a semblé surprendre un peu les fils présents....mais par contre, celle que je vous propose aujourd'hui a bluffé les convives d'un goûter.



Un gâteau au chocolat, le plus souvent ça plait! Vous remarquerez quand même la généreuse cuillerée de glace à la vanille qui accompagne cette part.....j'avoue qu'elle était tout à fait industrielle....mais je suis loin d'être une puriste du fait maison....

Fondant au chocolat au potimarron:

  • 10cl de lait (de soja vanille à l'origine....de vache ici)
  • 300g de chocolat noir à 70%
  • 2 oeufs
  • 1 potimarron
  • 75g d'huile de coco
  • 75g de sucre de coco (ou de canne)
  • 75g de farine T110 de blé
  • 1 sachet de poudre à lever
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 1 c à s d'extrait de vanille 

Pour le glaçage:

  • 100g de chocolat noir à 70%
  • 5cl de lait
  • 5 cl de sirop d'agave
La veille, faire cuire le potimarron à la vapeur et prélever 150g de chair (le reste trouvera plein d'autres utilisations)

Faire chauffer à feu doux le lait avec l'huile, le sucre, la vanille et le sel. Dès l'ébullition atteinte, couper le feu et ajouter le chocolat coupé en morceaux, couvrir et laisser fondre.

Séparer les blancs et les jaunes des oeufs.

Mixer au robot la farine, la chair de potimarron, le chocolat fondu et un peu refroidi et les jaunes d'oeufs.

Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement.

Verser dans un moule à manqué huilé d'environ 20cm.

Cuire 15 minutes au four préchauffé à 180°.

Pendant ce temps, faire fondre doucement les ingrédients du glaçage. 

Verser encore chaud sur le gâteau sorti du four.

Laisser refroidir jusqu'au lendemain.



Avant de le servir, j'ai râpé du chocolat noir et l'ai saupoudré à la surface du gâteau....très simple décoration.

Si vous voulez voir de quelle jolie manière il a été présenté à l'origine quand il est paru sur le blog au moment de Noël, n'hésitez pas à cliquer sur le lien!

Pour finir, puisqu'on parle un peu de santé et de fêtes de fin d'année, c'est la saison des calendriers et des bonnes actions qui se prépare.

La Ligue contre le cancer pour fêter ses 100 ans propose pour 5€ un calendrier 2018 qui enchantera les amateurs de bonnes choses: il est illustré de photos de 12 grands pâtissiers qui donnent chacun une de leurs recettes.



lundi 30 octobre 2017

Il est revenu le temps des courges...

Quand j'étais jeune et très peu cuisinière, les courges, c'était un truc un peu exotique pour moi....on en voyait dans les films américains, en décoration dans les vitrines des magasins, mais ça ne faisait pas vraiment partie des légumes que j'aurais pensé acheter....

D'ailleurs, je pense bien que je n'étais pas la seule: en dehors du morceau de potiron qui se mettait parfois dans la soupe, ce n'était pas le légume le plus vu sur les marchés...

Et depuis quelques années, on en voit de plus en plus....et j'en achète de plus en plus....ça donne un coup de couleur à l'automne ....


Cette photo n'est pas toute récente...et je me rends compte que je m'étais un peu lâchée dans les achats de courge ce jour là!

Pour donner encore plus de couleur, on peut l'associer au curry....


Et au poisson:

Cabillaud et potimarron au curry:

  • 1 beau dos de cabillaud (convenant pour 4 personnes)
  • 1/4 de beau potimarron
  • 2 oignons
  • 1 gousse d'ail
  • 1 boite 1/2 de pulpe de tomates (ou de la tomate fraîche )
  • 20cl de lait de coco
  • 1 beau morceau de gingembre
  • 1 petite racine de curcuma frais
  • quelques feuilles de curry 
  • 1/4 c à c de poudre de coriandre
  • 1/4 c à c de poudre de cumin
  • 1/4 c à c de poudre de cardamone
  • huile de coco
  • sel, poivre
  • 1 ou 2 citrons verts
Eplucher et émincer les oignons et les faire revenir dans un peu d'huile de coco.

Couper le potimarron en dés (on l'épluche ou pas selon son courage)

Eplucher l'ail, le gingembre et le curcuma et les émincer finement.

Quand les oignons sont transparents, ajouter l'ail, le gingembre, le curcuma, les feuilles de curry et les épices et remuer pendant 2 minutes.

Ajouter la tomate, le potimarron et le lait de coco, un peu de sel et faire mijoter une dizaine de minutes.

Ajouter alors le poisson et laisser cuire une petite dizaine de minutes selon son épaisseur.

Juste avant de servir, goûter, poivrer et ajouter du sel si nécessaire et le jus de citron vert.

Et c'est tout!

En fait, cette recette a été faite l'hiver dernier, ce qui explique pourquoi j'ai utilisé de la toamte en boite. Mais on trouve encore de très bonnes tomates fraîches et ce sera parfait.

Faute de curcuma frais, on en trouve en poudre. Quant aux feuilles de curry, j'en achète parfois dans une boutique indienne derrière la gare du Nord et les garde au congélateur.

Je ne suis pas fan des saveurs trop relevées, mais un peu de piment peut s'ajouter selon votre goût.







mercredi 25 octobre 2017

J'lui trouve un goût de pomme....y en a!

Faut reconnaitre....c'est du brutal!...

Vous voyez d'où ça vient?.....

Oui, des Tontons flingueurs, un film de 1963....ça parait loin, mais ça reste un film culte. Il parait que même ceux qui sont nés longtemps après apprécient encore.

Bon, ma recette du jour est moins brutale que la boisson que les tontons analysaient dans la cuisine, mais je pense qu'elle plaira à plus de monde. 


Pour une saveur douce et sucrée, en plus des pommes, il y a du caramel au beurre salé...

Cheesecake aux pommes et caramel beurre salé:
  • 250g de palets bretons au caramel beurre salé (ou nature à défaut)
  • 70g de beurre, plus un peu
  • 300g de fromage frais type Philadelphia ou St Moret
  • 300g de yaourt grec, égoutté une nuit dans une passoire
  • 100g de sucre en poudre
  • 2 très grosses pommes ou 4 moyennes
  • 2 oeufs
  • 1 c à s de fécule de maïs
  • 2 (belles) c à s de crème de caramel au beurre salé
Eplucher une pomme, la couper en morceaux. La faire revenir quelques minutes à la poêle avec un peu de beurre. Arroser d'une c à s de caramel.

Réserver.

Ecraser les biscuits, les mélanger au beurre fondu et en tapisser le fond d'un moule à charnière.

Garder au froid le temps de préparer la suite.

Battre les oeufs avec le sucre, ajouter le fromage et le yaourt ainsi que la fécule et bien mélanger.

Sur le fond de biscuit, répartir les pommes caramélisées puis verser la préparation.

Eplucher l'autre pomme et la couper en tranches. Répartir celles ci sur le crème et verser par dessus du caramel.

Cuire environ 1 heure au four préchauffé à 150° (chaleur tournante) et laisser encore 1 heure dans le four éteint.

Garder au froid au moins 24 heures avant de déguster.




Si vous voulez qu'il soit plus épais, vous pouvez prendre un moule nettement plus petit que le mien, mais on fait avec ce qu'on a .....et les placards sont déjà bien remplis...


Et puis comme ça, il parait plus grand pour satisfaire plus de gourmands....

Avec ce gâteau, je participe au défi de Recettes de cuisine, dont le thème ce mois ci est, vous l'aurez deviné, la pomme.



vendredi 20 octobre 2017

On va trinquer et croustiller pour le Champagne Day

Depuis quelques années maintenant, j'ai la chance d'avoir un partenariat avec Les Champagnes de vignerons et de trinquer avec eux pour diverses occasions.

Aujourd'hui c'est le Champagne Day, avouez que c'est autrement plus gai que certaines autres "journée de".....

Comme c'est encore à l'apéritif que je préfère le champagne (si je dois choisir....sinon, ça peut être tout au long du repas) je vous propose de croquer quelques crackers pour accompagner votre flûte.


C'est une "vieille" recette de Carole, Alter Gusto que j'ai interprétée pour l'occasion.

Crackers au chèvre et noisettes:

  • 40g de fromage de chèvre un peu "fait"
  • 50g de farine T65
  • 50g de farine T150
  • 1/2 c à c de levure chimique
  • 50g de noisettes mixées
  • 1 c à s d'huile d'olive
  • 50 à 70ml d'eau
  • un peu de piment d'Espelette
  • un peu de fleur de sel
Dans un grand bol, mélanger les farines, la levure, les noisettes et le piment. Ajouter au centre le fromage et mélanger du bout des doigts, pour sabler la pâte.

Au centre, ajouter l'huile et une partie de l'eau, mélanger sans trop travailler la pâte jusqu'à ce qu'elle puisse tenir en boule. Ajouter progressivement un peu d'eau si il faut.

Aplatir la pâte, la filmer et la garder au froid 30 minutes à 1 heure.

Entre 2 feuilles de papier cuisson, l'aplatir finement au rouleau.

Déposer sur une plaque de cuisson, sur l'un des 2 papiers, saupoudrer d'un peu de fleur de sel et découper des rectangles à l'aide d'une roulette à pizza.

Cuire au four préchauffé à 180° environ 10 minutes et laisser presque refroidir dans le four éteint.

Séparer les crackers et les laisser totalement refroidir sur une grille.



Carole les avait dégustés avec un peu de tapenade, mais nature ils sont aussi très sympathiques.

Ce soir, si vous avez prévu un apéritif, pourquoi ne pas trinquer au Champagne Day?.....

Et allez donc jeter un oeil sur le site des Champagnes de vignerons, il regroupe des producteurs indépendants et permet de découvrir toutes les richesses de ce vin, de ces vins peut-on même dire car j'ai découvert au fil des années, qu'ils ont chacun leurs caractéristiques et leurs subtilités.

Celui-ci, un champagne André Robert est un blanc de blanc, 100% Chardonnay. Il en existe bien d'autres et sur le site vous découvrirez aussi des conseils de dégustation et des recettes.

PS: la bouteille m'a été gentiment offerte.

lundi 16 octobre 2017

Pour boire le bouillon quand ça vous arrange et éviter de gaspiller en prime!

Depuis ce matin, j'en entends beaucoup parler à la radio: c'est la journée contre le gaspillage alimentaire.

A mon humble niveau, j'essaye de moins gaspiller depuis déjà un moment. Je fais partie de cette génération qui a connu à la fois la folie de consommation des années 60 et suivantes, et les habitudes économes de ceux qui avaient connu la guerre de 39-45. C'est donc peut être moins difficile pour moi de perdre quelques mauvais habitudes que pour les plus jeunes qui ont connu surtout les facilités d'approvisionnement du frigo.....

D'accord, c'est surtout au niveau de la production et de la vente que des efforts doivent être faits, mais à la maison, on peut contribuer et ça nous fera faire des économies en prime....

Par exemple, j'ai trouvé un truc sur internet que je mets en application depuis plusieurs moi....que la personne qui a publié ça sur Facebook m'excuse mais je n'en ai pas retrouvé l'origine.


Sympa ce petit bouillon en cours de cuisson, non?....étant donné le contexte de l'article, vous vous direz tout de suite: Je sais! ce sont des épluchures!....eh oui! 

On voit ça de plus en plus, je viens même de le lire dans le dernier livre de Marie Chioca, mais l'astuce en plus, c'est d'avoir un sac à congélation et d'y mettre au fur et à mesure les épluchures, les feuilles un peu moins belles, les trognons, les queues de persil....enfin, tout ce que vous voulez (ou presque...) et quand il est plein, on met tout dans une marmite, on couvre d'eau et on laisse cuire. 

J'ai compté environ 30 minutes à partir de l'ébullition et je n'ai pas salé, pour pouvoir le faire plus tard, quand je l'utilise dans une recette. Comme ce rôti de porc.

Ensuite, une passoire et voilà....

D'accord, vous n'aurez peut être pas l'utilité immédiate de plusieurs litres de bouillon, mais il suffit de le congeler en portions que vous utiliserez au fur et à mesure de vos besoins....

2 conditions: que les légumes soient bio, car un bouillon de pesticide, ce n'est pas top....et que vous les laviez car un bouillon à la terre, ce n'est pas terrible non plus.

Vous aurez juste l'inconvénient avec cette méthode de devoir répondre à des questions du genre: "C'est quoi ces machins dans le congélo?"

D'autres idées de recyclage? tapez "restes" dans l'outil de recherche en haut et à droite.

Vous pouvez aussi aller chez Ciorane, La cuisine de quat' sous, elle propose tous les mois une rubrique" La cuisine des restes " qui partage les idées qu'on lui envoie.

Pour recycler, il faut d'abord avoir cuisiné....et acheté de quoi le faire....en quantité raisonnable....promis, je vais essayer de faire des efforts là aussi....si, si....





vendredi 13 octobre 2017

Octobre est toujours rose....

Comme chaque année, octobre est rose. 

Pour certains, c'est une jolie couleur, pour d'autres un peu gnangnan....mais en octobre, c'est juste pour rappeler que le cancer du sein est toujours une saleté et que ce serait bien de se faire dépister pour éventuellement se faire soigner quand on a le plus de chances que ça devienne juste un mauvais souvenir.

D'accord, on peut trouver ça un peu astreignant tous ces dépistages....la mammo, le frottis, le coup d'oeil du dermato ou le caca par la poste ( si, si...après 50 ans...)....mais ça prend finalement assez peu de temps...
Certains disent que ce n'est pas utile car on en dépiste trop.....mais je me dis que je préfère encore qu'on me retire un petit truc léger ou qui s'avère bénin  (même si je flippe à mort le temps des résultats....) plutôt que de m'entendre dire: désolée Madame, on l'a pris trop tard....

En attendant, je vous offre un peu de rose...facile à bricoler si vous manquez de temps, comme ça vous en aurez plus pour vous occuper de vous ou rappeler à votre entourage que le dépistage peut être utile...




Mousse de fromage blanc aux framboises:

  • Environ 200g de framboises surgelées
  • 2 c à s de sirop d'agave
  • 1 feuille de gélatine (facultatif, mais ça "tient" mieux)
  • 300g de fromage blanc
  • 200g de crème fraîche liquide
  • 30g de sucre glace
Mettre les framboises dans une casserole, les amener à ébullition puis les verser dans une passoire au dessus d'un bol. Presser pour récupérer environ 150ml de coulis.

Faire tremper la feuille de gélatine dans de l'eau froide.

Sucrer le coulis avec le sirop d'agave (gouter pour adapter le sucrage à votre goût). Ajouter la feuille de gélatine bien égouttée et laisser refroidir.

Monter la crème bien froide en chantilly, avec le sucre glace. 

Mélanger le fromage blanc, le coulis et la chantilly, répartir dans des verres et laisser au moins 3 heures au froid.

Vous trouverez sur les blogs plein d'autres recettes roses. Vous pourrez les utiliser pour votre plaisir ou pour entamer la conversation sur le sujet....(un petit clic sur l'image...)


Si vous prévoyez ça au dessert....ces verres roses devraient vous aider!


lundi 9 octobre 2017

Des muffins pour de délicieuses chocolatines....

Internet est un outil parfois divertissant, parfois instructif, parfois utile, parfois intrusif, parfois indiscret, mais parfois aussi, c'est un outil de rencontre.

Non, je ne parle pas de sites de rencontres.....je parle des blogs!

Depuis que j'ai commencé à écrire sur celui ci, il m'a permis des rencontres souvent virtuelles, mais quelquefois réelles et ça a toujours été un bon moment.

Cette fois, j'ai pu faire la connaissance de Docteur Chocolatine, dont je suivais les tribulations familiales et certaines recettes, du moins celles qui étaient à ma portée car en pâtisserie elle a un savoir faire que je ne possède pas. Après quelques échanges sur le net, comme elle est venue s'installer tout près de Lille, on ne pouvait pas manquer une vraie rencontre.

Et quand on va goûter dans une famille où 4 petites filles adorent le chocolat, on ne peut arriver les mains vides!




Muffins aux 2 chocolats:

  • 240g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 1 grosse c à s de cacao
  • 1 pincée de sel
  • 100g de sucre en poudre
  • 100g de beurre fondu
  • 2 oeufs
  • 100g de chocolat au lait
Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, le sel, la levure et le cacao.

Battre les oeufs, ajouter le beurre fondu et refroidi, battre à nouveau et verser sur les éléments secs. Mélanger sans trop insister.

Sur une planche, avec un bon couteau, couper le chocolat au lait en morceaux irréguliers et les mélanger à la pâte.

Répartir celle ci dans une douzaine de moules à muffins, et cuire environ 25 minutes à 180°.


J'étais un peu inquiète en les apportant, car mon four m'avait joué un petit tour. Quand j'allume la lumière intérieure pour voir où en est la cuisson, il reste en pause dans le programme choisi, en attendant que j'appuie sur OK.....vous imaginez bien que j'ai pensé à autre chose et ce n'est qu'après une dizaine de minutes que je me suis rendu compte que tout était arrêté et que mes petits muffins desséchaient tranquillement dans un four en traine de refroidir.

En relançant la cuisson, j'ai un peu improvisé sur le temps restant et ils me semblaient un peu moins moelleux que je l'espérais....

Mais j'ai été vite rassurée.....car pendant que Dr Chocolatine et moi papotions une tasse de thé à la main, j'ai pu voir que les demoiselles avaient l'air de les trouver très à leur goût!

Ce n'est pas forcément facile de s'adapter dans une nouvelle région, mais j'espère que toute la famille va apprécier une fois que la mise en route un peu compliquée sera derrière. Comme on dit chez nous, le Nord tu brais quand t'y arrive et tu brais quand t'en repars.....(je vous passe l'accent....et précise que braire veut dire ici pleurer....)  

mercredi 4 octobre 2017

De saison, sans l'être, tout en l'étant....

Autant dans la vraie vie que sur le blog, j'essaie de ne faire que des recettes aux produits de saison. Mais si vous même essayez de faire vivre un blog, j'imagine que vous savez comment ça se passe.

Je précise quand même: à part quelques personnes très très organisées ou très professionnelles, on cuisine, on prend des photos, on mange.....et parfois on oublie....alors quand on retrouve la photo dans les archives (si, si, on a forcément des archives...) dans le pire des cas, on ne sait plus trop avec quoi on l'avait fait.....au mieux, on se rend compte que certains ingrédients de sont plus tout à fait de saison.

Alors, on peut attendre quelques mois pour publier (ça m'arrive parfois, je l'avoue) ou se dire qu'en fait on peut remplacer facilement un truc par un autre mais que la recette peut conserver un certain intérêt quand même.

Cette fois, je prends la 2ème option.


C'est une tourte aux feuilles de bricks, farcie à la truite fumée. 

Le pourpier qui l'accompagne sur la photo se trouve plutôt au printemps qu'en octobre. Mais vous pouvez utiliser la salade que vous voulez, de la mâche par exemple.

A l'intérieur, j'avais utilisé (en juin dernier) des échalotes nouvelles. Des vieilles feront l'affaire. Des herbes fraîches du jardin sont aussi dans la farce. Ici j'en ai encore certaines car il n'a pas vraiment fait froid et si vous décidez de faire la recette en décembre, on trouve en surgelé un choix assez conséquent d'herbes. 

Alors voilà comment a été faite la tourte que vous voyez, mais n'hésitez pas à faire fonctionner votre imagination.

Ma recette:

  • 8 feuilles de bricks
  • un peu d'huile d'olive
  • 4 tranches de truite fumée
  • 2 oeufs
  • 1 yaourt grec (égoutté depuis la veille dans une passoire)
  • 1 c à s de mascarpone
  • 2 échalotes nouvelles
  • herbes variées, ici: persil, estragon, aneth
  • zeste d'1/2 citron bio
  • 5 baies moulues
La veille, mettre le yaourt dans une passoire recouverte si possible d'un linge fin, ou d'une compresse dépliée, et laisser égoutter toute la nuit.

Couper la truite fumée en petits morceaux.

Nettoyer et émincer les herbes, ainsi que les échalotes (y compris le vert).

Mélanger le yaourt et le mascarpone avec les oeufs battus, ajouter le zeste, les herbes, les 5 baies moulues et les morceaux de truite.

Dans un plat type moule à manqué, déposer successivement 4 feuilles de brick préalablement huilées au pinceau. Etaler la farce à la truite puis huiler les 4 autres feuilles et les poser au dessus. Remonter bien sur les bords du moule.

Cuire environ 25 minutes au four préchauffé à 180°.




Vous pouvez donc maintenant bricoler ce que vous voulez sur la même idée. Le yaourt et le mascarpone correspondaient au contenu de mon frigo à ce moment là, mais vous pouvez aussi utiliser de la ricotta, ou du fromage blanc. Il faut juste que ce ne soit pas trop liquide.

Vous me direz ce que vous avez inventé?

mercredi 27 septembre 2017

De l'utilité du jus et des inconvénients de sa carence...

J'aime bien les titres un peu pompeux, ils me font penser à de vieux romans ou au contraire à des articles scientifiques un peu savants comme ceux que je passe un temps fou à lire (là....vous n'êtes pas obligés de me croire sur parole!)

Bref....il sera ici question de tarte aux prunes.

Une tarte aux prunes, c'est très bon, mais ça peut très vite tourner à la soupe si vous me prenez pas quelques précautions dans leur élaboration.....quelque chose pour absorber le jus. Et tant qu'à faire, quelque chose de bon. J'ai vu des recettes qui employaient de la chapelure mais, comment dire....je trouvé ça un peu triste la chapelure.....surtout au dessert.

Le biscuit breton, lui, je le trouve plus gai!



Tarte aux quetsches et aux palets bretons:

  • 250g de farine
  • 125g de beurre
  • 1 pincée de sel
  • 1 c à c de sucre
  • 1 oeuf
  • un peu d'eau bien froide
  • 1kg de quetsches (ou autres prunes)
  • 6 gros palets bretons (au caramel beurre salé, c'est encore meilleur...)
  • quelques noisettes de beurre
Dans un saladier, mettre la farine, le sel et le sucre, et au centre le beurre, coupé en morceaux. 

Amalgamer du bout des doigts, comme pour une pâte sablée, puis ajouter l'oeuf et mélanger. Ajouter un peu d'eau (un peu à la fois) et mélanger à la main pour obtenir une pâte homogène, mais sans pétrir, il ne faut pas trop la travailler. La ramener en boule et l'aplatir un peu puis la mettre au froid emballée dans un film.

Pendant ce temps, couper les quetsches en 2.

Mixer ou écraser les biscuits pour obtenir une poudre.

Reprendre la pâte, l'étaler au rouleau et en foncer un moule à tarte. Si on a le temps, on peut remettre au froid 30 minutes, pour éviter qu'elle se rétracte à la cuisson.

Parsemer le fond d'environ 1/3 de la poudre de biscuits, puis ranger les demi fruits et répartir le reste de la poudre et parsemer de quelques noisettes de beurre. Si le fruits sont bien sucrés, pas besoin d'en rajouter (du sucre) mais si ils sont un peu acides vous pouvez en saupoudrer un peu avec la poudre de biscuits.

Cuire environ 30 minutes au four à 200°.



Un petit problème est possible: si vos prunes sont un peu tristounettes en jus.....c'est ce qui s'est passé avec mes quetsches. D'ailleurs, j'aurais du me méfier car je les avais préparés en tarte justement parce qu'ils me semblaient un peu farineux.

C'était bon, mais les biscuits n'ont pas été aussi absorbés que lors d'expériences préalables, où ils s'associaient divinement au jus en caramélisant un peu.

De toute façon, j'arrive un peu tard car je pense qu'on arrive à la fin des quetsches, mais il y avait encore d'autres prunes au marché, alors choisissez les mieux que moi.

vendredi 22 septembre 2017

Pour passer un bon hiver....

D'accord, on n'est qu'au premier jour de l'automne et il fait beau.....et voilà que je vous ennuie avec l'hiver!

Mais dans quelques semaines, vous serez bien contents de trouver de quoi colorer un peu vos tartines du petit déjeuner d'un matin un peu glagla....et de booster un peu vos défenses déclinantes!

Alors je vous propose ça:

 

Au début du mois, je vous avais parlé des melons poussés dans le nord. J'en ai encore acheté un mais, comme j'avais encore eu la main assez lourde avec mes achats de fruits et légumes, j'ai préféré le cuisiner avant qu'il ne s'abime.

Le melon cuit tout seul ne nous avait pas enchantés un jour où j'avais fait une compote dans les mêmes circonstances. Pour booster un peu son goût, un peu de gingembre est venu s'associer.

Ce n'est pas vraiment une recette que je vous donne, plutôt une idée....parce que j'avoue que je ne suis pas une puriste et emploie du sucre gélifiant pour mes confitures. J'en fais ainsi rapidement, un peu à la fois, quand l'occasion se présente.

Ma recette: 
  • un melon
  • un citron 
  • du sucre gélifiant
  • un morceau de gingembre
Eplucher le melon, retirer les graines et couper la chair en morceaux. Peler un petit morceau de gingembre et l'émincer finement. 

Mettre le tout dans une casserole et faire cuire à feu doux jusqu'à ce que le melon soit facile à écraser. L'écraser alors grossièrement avec une fourchette. Couvrir et laisser macérer une nuit au froid.

Le lendemain, ajouter le jus du citron et peser le tout. Ajouter la moitié du poids en sucre gélifiant, bien mélanger et cuire à feu vif jusqu'à ébullition. Laisser bouillir 3 minutes en remuant.

Verser dans des pots préalablement ébouillantés. 



 Avec un melon moyen, j'ai eu 2 pots et un petit ramequin "pour manger tout de suite".

On sent bien le gingembre, il faut donc l'apprécier.....